Le parcours de l’apprenant

Je ne sais pas comment vos élèves apprennent et s’ils sont efficaces pour apprendre leurs leçons. De mon côté, mes zozos ne sont pas performants. Pire, ils ont même une idée erronée sur la façon d’apprendre. Lorsque je les interroge, ils me disent :

  •  “J’ai lu”…
  • “Ah, il fallait apprendre aussi la définition ?” (Elle n’est même pas cherchée dans le dictionnaire)
  • “J’ai appris mais je ne m’en souviens plus”
  • “Maman m’a posé les questions, je n’ai pas appris cela/je n’ai pas compris…”

Quand ils apprennent avec une aide, c’est souvent le parent qui travaille le plus. L’élève reçoit passivement les informations que le “parent” a sélectionné pour lui. L’apprentissage peut donc s’avérer inefficace. Peu d’élèves sont alors capables de dire s’ils doivent parler, écrire, se poser des questions ou passer un certain temps seuls dans leur chambre….Ils ne se connaissent pas (mémoire, intelligences multiples) et ne savent pas développer des techniques efficaces.

En ce qui concerne les contenus, ils ne vont pas chercher à comprendre ou chercher les mots incompris. Ils pensent également que l’on peut tout reformuler. Avec une telle idée, les définitions sont souvent imprécises  voire inexactes. Par exemple, ils vont créer des raccourcis qui les amènent à restituer des leçons incorrectes. J’ai des élèves que me disent qu’un cercle a un milieu au lieu de parler du  centre…

Dernier problème : mes élèves sont trop passifs et peu autonomes. Autre idée fausse : les informations ne peuvent pas être mémorisées en 5 minutes. Cela nécessite de prendre le temps et d’opérer certaines actions mentales…Cela ne tombe pas du ciel….Cela demande un effort qu’il faut valoriser.

Cela fait quelques temps que je réfléchis sur le sujet. A l’époque, j’avais même créé une carte mentale intitulée “apprendre”.

Aujourd’hui, je souhaite aller plus loin et créer un vrai parcours de l’apprenant individualisé. Voici les explications :

1ère étape : Comprendre sa mémoire

J’ai découvert une petite vidéo créée par Mine et encre (nos collègues canadiens) qui explique très bien la mémoire. En plus, il y a une petite astuce. Je l’ai montrée à mes élèves. On va tester l’astuce pour mieux se l’approprier.

Il y a également un C’est pas sorcier “peut- on améliorer sa mémoire ?”

2ème étape : comment apprendre par coeur

C’est encore une petite vidéo de Mine et Encre. Elle donne quelques astuces et montre tout ce qu’on peut compiler pour apprendre de façon efficace. C’est grâce à cette vidéo que j’ai eu l’idée de créer un parcours de l’apprenant.

3/ Créer son parcours

J’ai donc créé des petites vignettes illustrées (quelques images proviennent de la vidéo de Mine et Encre). Le but est de laisser les élèves créer leur parcours. Les couleurs des cadres permettent de matérialiser les différentes étapes concernant :

  • la préparation
  • l’organisation
  • la compréhension
  • la mémorisation
  • la rétroaction

Certaines étapes peuvent être laissées de côté pourvu que les autres étapes soient efficaces. Les vignettes de la dernière couleur vont mettre en scène les émotions, la motivations et la connaissance de l’élève de son propre fonctionnement : les vignettes choisies, testées et efficaces révèlent t-elles un profil visuel, auditif, kinesthésique ou les deux ou les trois à la fois ? (Clic sur l’image pour télécharger).

Exemple de parcours en images :

Les élèves doivent tester, construire et modifier à volonté le parcours en fonction des réussites. On peut aligner plusieurs vignettes de même couleur. Il faudra cependant associer différentes stratégies. Les combinaisons sont multiples.

A noter : On peut faire le cours à son chat, à son chien et si on n’en a pas, à son doudou…. 🙂  Pour mémoriser, on peut aussi parler en chantant (intelligence musicale)…

Si j’ai oublié une étape, une idée, n’hésitez pas à venir me le signaler ici.

 

 

21 commentaires à propos de “Le parcours de l’apprenant”

  1. J’adore ! J’avais déjà l’idée, pour l’an prochain, de faire un mix “carte mentale” et “LAM” pour les techniques pour apprendre (inspirée de mon petit livret de méthodo) mais je trouve ta proposition encore mieux : l’élève se compose SA méthode ! Ça me donne à réfléchir, du coup :o.

    Je regarderai le listing des “trucs” que j’ai, pour comparer avec toi. Si j’ai des idées, je viendrai partager 🙂

  2. ça a l’air vraiment top ! J’ai des élèves aussi très très passifs cette année, et les amener à réfléchir sur leur méthode pourrait peut-être améliorer les choses !
    (tu as oublié de mettre le lien sur l’image il me semble, il y a juste l’image agrandie qui apparaît quand on clique).

  3. Merci beaucoup pour ce travail.je suis en IME,c’est assez compliqué de saisir la façon de ‘fonctionner’ de mes élèves.Je pense que ce que tu proposes va m’aider car c’est simple et concis et je vais tester dès demain!!!Je travaille avec les cartes mentales mais c’est quelquefois inadéquat pour mes jeunes.Bel route à toi!

  4. Il y a une petite coquille dans ton explication (la dernières couleur).Moi,j’en ai plein car je suis en bord de mer…Je t’envoie un joli souffle d’air marin…

  5. Merciiiiiiiiii. Tu as réussi à mettre sur papier et organiser ma pensée. C’est complémentaire du travail que je fais avec les Octofuns. A appliquer dès le retour en classe.

  6. Mais c’est exactement la problématique que nous évoquions la semaine dernière à l’école ! Ils sont totalement passifs (tablettes ? écrans ?) Mais ma réflexion est loin d’aller aussi loin que la vôtre, merci de m’avoir donné envie de m’y pencher autrement qu’en râlant…
    MichèleS

  7. C’est très intéressant tout cela Lala, chez nous aussi les élèves ont des problèmes pour étudier. Et je trouve que cela est de pire en pire au fil des années! Merci pour ton travail.

  8. Merci pour ce partage ! C’est top ! Je trouve cette thématique du “apprendre à apprendre” passionnante et cet article va nourrir ma réflexion.

    Je me permets une remarque sur la mention des profils visuel, auditif et kinesthésique. J’ai appris un peu par hasard que ce concept est un neuromythe. En réalité, nous n’avons pas de profils d’apprentissage. Nous pouvons avoir des préférences mais nous n’apprendrons pas forcément mieux si on passe par notre canal préféré. En fait, l’apprentissage est plus efficace quand il est présenté de manière multimodale (en utilisant des mots et un visuel par exemple).
    L’essentiel est d’être cohérent avec le contenu que l’on enseigne. Par exemple, pour qu’un enfant apprenne à faire ses lacets, mieux vaut qu’il fasse les gestes plutôt qu’il regarde une vidéo explicative même si, d’une manière générale, il aiment s’appuyer sur des supports visuels pour apprendre.

    Je ne sais pas si je suis très claire… Je l’espère ! Si le sujet t’intéresse, je peux te communiquer mes sources. Bonne continuation et merci pour tout le travail que tu partages sur ton blog ! Je suis admirative !!!

    • Bonjour, le canal auditif , kinesthésique ou visuel sont privilégiés par les élèves, sachant qu’on va les mettre tous en avant si possible dans les différentes étapes d’apprentissage (compréhension, mémorisation, reformulation), voire les travailler tous les 3 en même temps (cf vidéo Mine et encre). Je pars dans tous les cas du principe qu’on doit tous les solliciter, les renforcer…

      Je veux bien lire vos sources. Merci pour votre message

  9. Merci beaucoup! Cela me donne des idées pour la réunion parent-prof!!! L’apprentissage des leçons est souvent problématique à la maison.

Laisser un commentaire