Je suis d’accord avec vous

lecture

Où en est-on sur la question de la lecture ? Il n’est pas question de faire d’économie dans cet enseignement. Qu’est ce qu’une pédagogie de la compréhension ?  Cet article est une “petite participation”   Happy-Grin   aux controverses de Descartes de 2014 sur le thème de la lecture. De la théorie vers la pratique et vis-versa…

Je suis d’accord avec Alain Bentolila qui privilégie :

  • la maîtrise consciente des mécanismes du langage oral
  • la conscience syntaxique (le questionnement “qui, quoi, où, quand…” ou la mise en scène des phrases au coeur de la compréhension)
  • la fonction “imageante”
  • l’automatisation des relations grapho-phonèmes (le bon déchiffrement est la base nécessaire pour interroger son dictionnaire mental oral que l’élève s’est fabriqué lui-même pendant les 6 premières années)
  • la capacité à reconnaître orthographiquement les mots (comment ça s’écrit et non comment ça se prononce),
  • mettre en place une pédagogie de la compréhension (qu’est que “lire” veut dire ? = lire c’est apprendre à respecter le texte et l’auteur avec infiniment de respect)

⇒Tous ces points sont liés au renforcement du lexique (accès au sens), à la polyvalence dans la lecture des différents types d’écrits et l’endurance (distance de lecture, vaincre l’anxiété et l’épuisement).

Je suis d’accord avec Roland Goigoux qui invite à développer :

  • les compétences de décodage (identification des mots écrits, automatisation)
  • les compétences linguistiques (syntaxe et lexique)
  • les compétences référencielles (connaissances du monde de l’élève)
  • les compétences inférencielles (lire entre les lignes)
  • les compétences textuelles (anaphores, connecteurs, genres etc…)

⇒ Tous ces points sont liés aux compétences stratégiques : Il s’agit de donner des clés (stratégies), de guider de façon systématique, répétitive et  progressivement conscientisable, pour permettre aux élèves d’intérioriser les processus et devenir suffisamment autonomes.

⇒ On invitera les élèves à se poser des questions sur les personnages : ce qui leur arrive et ce qu’ils font, leur but, les raisons, les sentiments et les émotions.

⇒ Quelques cibles sont croisées : le travail sur le lexique (acquisition, mémorisation et réemploi) et la production écrite.

Je suis d’accord avec Bruno Germain et Jacqueline Picoche qui préconisent un enseignement du vocabulaire selon un protocole bien particulier (VOCANET) :

  • la collecte de mots (18 par an) et une première catégorisation
  • la manipulation de phrases
  • le réinvestissement de diverses manières
  • le partage culturel et intertextuel (dans la littérature et la production écrite notamment)

Cette conférence est extrêmement intéressante. Merci à leurs auteurs. J’espère avoir bien retranscrit leurs idées. Dans tous les cas, vous pourrez la retrouver ici

⇒ La question qui subsiste est : Comment faire dans les classes ?

On peut travailler par bloc (par micro-habilités, par compétences) ou  travailler  par approche intégrative. Dans tous les cas, l’adaptation en classe est une grande réflexion pour ma part. Je vous livre mes pistes  mais aussi des outils :

Des outils 

Où en sont mes réflexions ?

  • sur DECLIC : le travail est collectif sur des stratégies

A

  • sur le vocabulaire. Le projet “un mot des mots” réalisé avec Mélimélune qui suit en partie le protocole de B Germain et J Picoche et propose une progression sur l’année ICI et ICI.
  • sur les gammes de lecture (Mélimélune, Luc et moi-même) : nous combinons différentes compétences citées par les chercheurs. CE2, CM1 et CM2
  • en littérature : je retravaille particulièrement le choix des questions que je vais proposer à mes élèves, pour chaque étude de livre ou d’album. Je peux choisir de combiner plusieurs stratégies et compétences (sentiment du personnages, inférence, résumer, idée essentielle, analyse des illustration etc..). CLIC. En ce moment, j’expérimente la séquence de Mélimélune sur Anthony Browne. Nous décortiquons également les illustrations de ce fameux album.
  • sur l’atelier lecture : ma réflexion est bien avancée. Mais je cherche encore et toujours. Voilà l’atelier lecture

Le travail est individualisé sur les stratégies

D     B

  • sur l’atelier écriture (à votre demande, à venir)

Et vous, avez-vous d’autres outils et idées ?

lala

 

10 commentaires à propos de “Je suis d’accord avec vous”

  1. Merci Lala de proposer ce petit point théorique mais pas que!
    Je suis pas super fan de “Je lis je comprends”, perso, qui se réclame issu du travail de Goigoux et Cèbe alors qu’il va à l’inverse de la démarche intégrative qu’ils défendent.
    Par contre, je te remercie encore de m’avoir fat découvrir Vocanet et cette démarche, je m’en inspire actuellement.

  2. Merci pour ce tour d’horizon !
    Moi, je me suis inscrit sur le ROLL, et j’adore cette façon simple, épurée, d’aborder la compréhension : tout passe par l’échange et le retour au texte pour valider ou non les affirmations des élèves. J’utilise, pour les ateliers en autonomie, entre autres, les gammes de lectures sus-citées… merci !

  3. Merci pour cet article ! Eh ben, ça me permet de mesurer la profondeur de mon ignorance dans ce domaine 😀
    Je crois que je ne vais pas tarder à m’y pencher, merci pour les pistes !

  4. comme toujours, une très belle et intelligente analyse!
    ça me permet d’avancer et de mieux réfléchir à ce que je peux mettre en place avec mes élèves.
    Merci!

Laisser un commentaire