Ecrire des énoncés de problème

Ecrire des énoncés de problème

Dans le cadre de mon CAFI dont le mémoire porte sur DEFI, je m’intéresse actuellement sur la partie E= écrire des énoncés de problème. En terme “pédagogique”, il s’agit d’amener les élèves à développer la capacité à mobiliser,  à transférer les savoirs et savoir faire dans d’autres contextes , notamment grâce à  des situations d’écriture.

Le document de Serge Petit et d’Annie Camenisch  vise à montrer comment il est possible, à partir d’une situation d’écriture d’énoncés de problèmes, de mettre en œuvre des démarches d’apprentissage de la langue. L’objectif en est de réaliser des apprentissages précis sur la langue et de favoriser une meilleure compréhension des énoncés de problèmes. .. tout le sujet de mon mémoire.

Je vais tenter de vous expliquer comment je me le suis appropriée en classe mais je vous invite à le lire ici : http://www.arpeme.fr/documents/58623008BA57D29967BB.pdf

* * *

Comme le souligne Julo, il s’agit de s’appuyer également sur des représentations qui permettraient aux élèves de savoir traiter un nouveau problème, proche de ceux gardés en mémoire. Dans ce sens, je travaille également à partir de la schématisation (Vergnaud).

* * *

Désolée pour ce passage “très pédagogique”. Voici ma démarche :

1/ Travailler la forme (F de DEFI)

Dans mon cas, j’ai travaillé sur les différentes schématisations de problèmes additifs et soustractifs.

– vous trouverez les affiches mais aussi les exercices. ICI

Outils pour DEFI

Ecrire des énoncés de problème     Ecrire des énoncés de problème

Il s’agissait de classer les problèmes en retrouvant le schéma référence. Je rappelle que j’avais travaillé préalablement sur le lexique additif et soustractif mais également sur chaque histoire (regroupement, transformation et comparaison), les questions et les connecteurs.

2/ Privilégier des situations d’écriture (E de DEFI)

  • C’est là que j’ai expérimenté le protocole présenté par Serge Petit et Annie Camenisch. Je l’ai quelque peu modifié. Je me suis appuyée sur les problèmes de transformation que se prêtaient mieux pour ce travail. Nous avons utilisé des petits papiers colorés, puis écrit la première phrase du problème dans le papier bleu, la seconde dans le blanc (transformation) et la dernière dans le rouge (question). Je montre que la première étiquette est la situation initiale, la seconde la transformation et la dernière la situation finale.

Histoire : Un bus transporte 17 personnes.

À l’arrêt de la mairie, 5 personnes descendent.

Combien de personnes le bus transporte t-il  après l’arrêt ? 

Le protocole consiste à mélanger les phrases, à les transformer en fonction de leur place dans le problème, l’ordre des couleurs étant ainsi changé…. On conserve cependant l’idée des situations initiale/transformation et finale. On situe la recherche sur une ligne (début/milieu ou fin).

Nous avons ainsi obtenu différents énoncés comme :

Le bus transportait 17 personnes. Il en a maintenant 12 personnes.Combien de personnes sont-elles descendues du bus ? 

ou

À l’arrêt de la mairie, 5 personnes descendent. Le bus transporte maintenant 17 personnes. Combien de personnes sont-elles descendues du bus ? 

 

Comme nous avions déjà travaillé les connecteurs, nous avons pu enrichir le texte et revenir sur la phrase interrogative.

  • D’autres situations d’écriture :

Aujourd’hui, j’ai proposé à mes élèves d’écrire différents énoncés à partir de 2 schémas. Ce travail sera récurrent.

Ecrire des énoncés de problème

Suite des réflexions et des fiches à venir…

 

Laisser un commentaire