Maman et maitresse d’un zèbre : le CE2

L’article risque d’être un peu long …

Cette année-là, je change de statut ! En effet, nous décidons de couper encore plus le groupe classe de Tristan qui est difficile depuis plusieurs années. Une idée un peu folle germe dans ma tête et je la propose en conseil des maitres : je pense qu’en gardant mes 15 CM1 en CM2, je pourrai prendre quelques CE2 qui ont des besoins particuliers ( dyspraxie, TDAH, dyslexie, élèves fragilisés par les doubles niveaux) dont Tristan. Ce dernier montait de plus en plus dans ma classe en fin de CE1 et semblait davantage se calmer et travailler. La décision est validée. Je deviens la maitresse de Tristan.

La classe Harry Potter

La répartition des élèves dans les maisons HP était déjà faite pour mes CM2 que je garde, ils accueillent mes petits CE2 dans leurs maisons respectives. Tristan souhaitait ardemment devenir un Serpentard. Pas la peine d’accéder à cette demande et de lui faire endosser un rôle “d’agiteur,” ce n’était pas lui rendre service ! Il devient donc Serdaigle !

L’organisation spatiale dans la classe

La classe est organisée en ilots de travail, en coins d’apprentissage et possède un grand U de huit places face au tableau. Les assises sont flexibles : alternance de poufs, de chaises traditionnelles et de ballons. Des coussins à picot viennent compléter le tout. Les tabourets sont arrivés un peu plus tard dans l’année. Les CM2 sont très autonomes et travaillent en ceintures de compétence dans les ilots ou les coins. Les CE2 en revanche occupent beaucoup le U. Quand je dois retrouver les CM2 pour des séances spécifiques, les CE2 basculent dans les ilots en autonomie et ce sont les CM2 qui reviennent dans ou près du U.

Avec Tristan, j’ai appris que si le U est important, il faut savoir alterner les groupes en les changeant souvent de place. Car cette disposition facilite les échanges de regards, de mimiques moqueuses ou même de bavardages. Avec des élèves fragiles et peu confiants,, dont l’estime de soi est à ras les pâquerettes, l’effet est accentué. Qu’est ce que j’ai du lutter contre les petites piques, les petits gestes mal interprétés ou volontaires. Pour Tristan, ce fut parfois difficile et il sortait du U parce qu’il n’arrivait plus à supporter cette tension. Il rejoignait un CM2 qui le motivait à travailler. Le tutorat avec un CM2 est une très bonne idée. Mais ça ne marche pas tous les jours !

Tristan bouge beaucoup dans la classe et je l’accepte, tant qu’il travaille au moment opportun et ne gène pas ses camarades. Il peut être envahissant….

Le travail et les supports en classe

Avec mes petits CE2, je choisis des supports mettant en avant la manipulation ou le jeu: REG au CE2 pour le français et MHM pour les mathématiques. En histoire, nous travaillons beaucoup avec les lapbooks. Pour les leçons de maths et de français, nous découpons, collons beaucoup avec les leçons à manipuler : j’abandonne le lutin traditionnel de l’école et privilégie 2 petits cahiers. Il faut tout reprendre et reconstruire. Les LAM sont parfaites pour cela. Pour le programme, je suis également très souple. On avance à notre rythme.

Il faut se donner des petits objectifs et un emploi du temps très ritualisé qui rassure : travailler l’écriture et la production écrite pas à pas., la gestion de l’erreur, la confiance en soi. La dictée par exemple n’est pas venue de suite car trop difficile pour des enfants dyslexiques.. ça ne veut pas dire que nous n’en avons pas fait. Les supports qui sont adaptés à certains élèves dyslexiques profitent à l’ensemble du groupe.. Ainsi, les élèves ne voient pas les adaptations des uns ou des autres puisqu’ils les ont tous ! Il y a peu d’écrits mais plutôt des exercices où les mots sont coloriés et/ou les réponses sont reliées. Sortir les crayons de couleur est ludique.

Avec Tristan, le passage à l’écrit est toujours difficile que ce soit l’écriture de mots/phrases en dictée, la copie ou même l’écriture. Même les petites frises de couleur sont peu soignées. Le cahier n’est pas soigné mais ce n’est pas grave ! L’important est de valider son engagement dans la tâche et le fait d’aller à son terme. Le gros souci est la correction. Tristan ne peut pas se corriger. Il ne peut y avoir de retour sur un travail car il le vit comme un échec. Nous avons passé toute l’année à valoriser le travail accompli (j’utilise les petits tampons). A la maison, on en fait des tonnes pour l’encourager même si c’est sale ou peu soigné, imparfait.

Les difficultés de Tristan masquent beaucoup ses belles capacités. Je commence à les entrevoir.

Tristan alterne les moments de travail mais il a besoin de moments de relâchement : soit il dessine, soit il va lire dans la bibliothèque.

Tristan est toujours déchaussé en classe. Il ne garde pas ses vêtements : il évolue souvent en petit maillot de corps ou tee-shirt. C’est curieux !

La gestion des crises

Les crises ne s’arrêtent pas du jour au lendemain et je commets des erreurs. Une crise a toujours un déclencheur : une dispute avec des camarades, une frustration, une angoisse, la peur de se tromper… Le problème, c’est que je ne la vois pas arriver et j’ai toujours l’impression qu’il fait exprès. Il me provoque. Ma plus grande erreur est d’aller à l’affrontement et c’est justement ce que cherche Tristan. Je veux le faire rentrer “dans le moule”, plier, respecter les règles de la classe… Impossible ! Loin de s’apaiser, la crise monte crescendo ! La rupture vient de Tristan qui sort de la classe en claquant la porte et en criant qu’il quitte cette école de “merde”! Il ne se contrôle plus. Il devient grossier. Parfois, j’e suis même insultée ! Une fois, je reste avec lui seule et je lui mets une claque tellement il me pousse à bout. J’apprends à encaisser et à maitriser ma colère, rester zen malgré le déluge. Dans un coin de ma tête, je me répète que cet enfant (mon enfant) souffre !

J’apprends à anticiper …

Les petits objets de la classe qui aident

J’investis dans des petits objets : le chat lesté s’enroule autour du cou et l’apaise, le calme. Ce qui est rigolo, c’est que ce chat finit aussi sur les jambes ou les épaules des autres camarades….

Le collier de mastication vient l’aider à ne pas mastiquer les crayon et autres objets de la classe. Je mets sous clé les colles qu’il continue à manger.

J’investis dans des casques anti-bruit et ils sont très utilisés notamment par Tristan qui s’isole du bruit de la classe..

Gérer la double casquette : maman et maitresse

A l’école, je suis sa maitresse et Tristan ne bénéficie pas de traitement de faveur. Il reçoit des ronds oranges lorsqu’il se montre irrespectueux des règles de l’école. En classe, il n’y a pas de système de gestion du comportement. Il n’y a que les points collectifs des maisons HP qui gratifient les bonnes actions . On ne perd pas de points : tout ce qui est gagné est acquis. Cela semble convenir à l’ensemble des élève.

Avec Tristan, nous avons un rituel : Chaque soir, nous discutons de la journée dans la voiture, sur le chemin du retour. Le trajet est court mais il suffit. Tristan me demande toujours si cela s’est bien passé et s’il a bien travaillé. Je reviens sur les moments difficiles et je lui explique pourquoi ce n’est pas bien. Il entend et ne s’énerve pas. Je peux lui demander de faire un mot d’excuse à une camarade envers laquelle il s’est montré horrible (propos insultant). Il joue toujours le jeu. Arrivé à la maison, il n’est plus question d’école. Notre sas s’est refermé. Il fait son mot d’excuse et c’est tout.

Maman aide à faire les devoirs. Au départ, c’est dur mais il s’y met peu à peu sans complication. L’apprentissage des leçons nécessite un gros investissement de ma part. Il faut s’y prendre tôt. Tristan reste l’enfant agité souvent dans l’opposition.

Les vacances m’aident à me poser. Cet enfant me fatigue beaucoup et parfois je sature. Le côté sans filtre m’horripile !

La prise en charge extérieure

Tristan est toujours suivi par les psychologues, la psychomotricienne. C’est cette année-là que nous réalisons le test WISC V .Outre un QI intéressant, il révèle surtout que Tristan est en difficulté dans la sphère émotionnelle très envahissante. Il peut se montrer agressif et décrocher avec un lien à la réalité fragile.

Tristan est sur une liste d’attente pour le suivi chez une orthophoniste. Un dossier est parti pour PEDIATED. Nous attendons d’être contactés.

Tristan est maladroit avec les autres. Il n’a pas les codes sociaux. Il est sans filtre.

Nous recevons une notification de la MDPH qui lui octroie une aide humaine. L’AVS arrivera en mai.

Même si l’année est éprouvante pour moi (pour couronner le tout, on me découvre un souci de santé) , je ne regrette rien. J’ai progressé en tant que maitresse et j’ai vu les progrès de mes petits élèves à besoins ainsi que ceux de Tristan. On a gagné de belles batailles ! C’est motivant et enrichissant à tous les niveaux. Tristan a été dur avec moi : pas de câlin, des paroles blessantes comme “je suis la pire des mères”. J’encaisse , je me “blinde” et je sais qu’il ne les pense pas. Je sens qu’il souffre et est comme “emporté” dans ses crises qu’il ne contrôle pas. Ce qui est sûr, c’est qu’il ne le fait pas exprès.

A la fin de l’année, je lui demande :

– “Avec qui voudrais-tu être l’an prochain ? “

– “toi !”

L’avenir nous le dira …

A bientôt

 

16 commentaires à propos de “Maman et maitresse d’un zèbre : le CE2”

  1. Je tiens à dire encore une fois merci. J’avais déjà repéré mais oublié une particularité dans la valorisation des bons comportements : les points gagnés sont acquis ! Je pense que ce détail est de taille et il n’apparaît pas clairement dans les conseils d’utilisation des tableaux de comportement. On les utilise aussi à la maison quand on a un enfant avec tdah et qui a perdu beaucoup d’estime de lui-même à cause de l’entourage scolaire et familial qui ne s’adapte pas aux difficultés et/ou handicap. Avis d’une maman concernée…

  2. Cette série d’articles est… intense à lire… alors à vivre ! On sent la double à triple casquette : la mère… l’enseignante… la personne qui (se) forme ! C’est très riche.

    Je bouillonne… J’aurais trop de choses à écrire…. En tous les cas, deux choses se détachent à chaud.

    J’ai cheminé moins à la dure mais te rejoins sur le petit matériel, détail qui peut faire toute la différence quant au confort… et sur les différenciations créées pour quelques un.e.s mais qui, fondues dans la masse, profitent à toutes et à tous.

    Je guette la suite !

  3. Encore merci pour cette série d’article si riche pour les PE.
    Je retrouve ton Tristan dans un de mes CP…
    Hâte de connaitre la suite…

  4. WAOUH Lala!!
    Je lis tes mots avec des pleurs.
    Je suis de tout coeur avec toi…et merci pour ce que tu fais avec tes élèves plus fragiles….COURAGE !!!

  5. Bravo et merci pour ce témoignage .. je suis impressionnée, admirative, intéressée par tout ce que tu expliques ! Merci pour ce témoignage précieux !

  6. C’est émouvant, courageux. Merci pour ce témoignage. Merci de nous aider à mieux comprendre nos élèves. Merci de nous donner des clés. Merci de nous montrer combien le cadre bienveillant est primordial. Merci….

  7. Je viens de lire d’une traite tes 4 témoignages. De très fortes émotions m’ont envahie pour chacun, j’avais les larmes aux yeux à la fin de chaque lecture.
    Hate de découvrir la suite. Bon courage à toi, à Tristan, à la famille, à la classe. Un grand MERCI Muriel pour ce partage.

  8. Merci !
    Maman d’une enfant multidys…
    Mais aussi AESH/AVS en prise directe avec les difficultés toujours croissantes des enseignants face à l’inclusion et les adaptations multiples pour les différences de niveaux croissants au sein des classes ! Le manque de formation des enseignants, le manque de moyens de l’éducation nationale, le manque de reconnaissance du travail colossal à faire pour ces petits bouts d’ choux (tellement en demande et en besoin) !
    Bravo pour cette implication et toutes ces adaptations, cet énorme travail fait pour votre fils mais aussi tous les élèves de cette classe ! Ils ont de la chance ! Merci pour eux et leurs familles ! Et pour tous les enseignants qui cela inspirera ! Bonne continuation !

Répondre à Isabelle Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.